SITE ARCHEOLOGIQUE

Sbeitla  Tunisie

Sbeitla doit son nom et son prestige aux belles ruines de l’antique Sufetula, se situe dans un endroit où coule encore une source pérenne fournissant une eau d’excellente qualité acheminée aujourd’hui puisqu’à Sfax, Sufetula semble être de création romaine.

En 646, le patrice Grégoire, gouverneur byzantin de l’Africa, installé à Carthage, se proclamant empereur indépendant, transféra sa résidence à Sufetula, pour mieux faire face à la menace arabe. L’année suivante, les Byzantins sont vaincus par les Arabes conduits par Abdallah Ibn Saad.
Le site comporte des vestiges bien conservés comme les deux fortins byzantins, les églises, le forum, les trois temples, le théâtre, l’arc de triomphe…


 

Thysdrus El jem Tunisie

220px-tunisie_el_djem_amphitheatre_0112Simple bourgade aux débuts de l’époque romaine, Thysdrus se hissarapidement au rang d’une cité digne du statut de municipe puis de colonie. Elle dut son ascension à sa position de carrefour routier et à l’esprit d’entreprise d’une bourgeoisie si cossue qu’elle parvint à construire un majestueux amphithéâtre et un non moins grandiose cirque, autant de monuments qui témoignent à la fois de l’opulence et de la romanisation de cette cité du Byzacium.

Aujourd’hui, le site a perdu beaucoup de ses vestiges ; toutefois, le visiteur peut encore y admirer la splendeur de l’amphithéâtre romain, sans doute l’un des plus grands et des mieux conservés monuments antiques au monde. De même, outre le musée qui compte des chefs d’oeuvre de l’art de la mosaïque, le visiteur peut admirer (fruit d’une expérience muséographique réussie), montée et totalement reconstituée à son intention, une belle maison romaine avec son atrium, sa colonnade et ses belles mosaïques…


Carthage Tunisie

Sont les récits des anciens, Carthage aurait été fondée vers 814 av. J.-C. par la princesse Elissa, sœur du roi de Tyr, Pygmalion.
Son destin, aussi grandiose que tragique, l’amena d’abord au fait de la puissance et de la prospérité au début du 3ème siècle av. J.-C. lorsqu’elle dominait économiquement la Méditerranée occidentale.

Mais les trois guerres puniques qu’elle mena contre Rome (264-146 av. J.-C.) aboutirent à sa destruction complète. Reconstruite par les Romains en 44 av. J.-C., Carthage redevient sous l’empereur Auguste la cité la plus prospère d’Afrique. Pillée par les Vandales en 440, reconstruite par les Byzantins en 533, elle fut finalement conquise par les Arabes en 698. Carthage sera alors démantelée et servira de carrière pour la construction de Tunes (Tunis).

Aujourd’hui, on peut admirer sur le site archéologique de Carthage, entre autres, les vestiges impressionnants des thermes d’antonin et ceux des deux ports puniques.
Figurant depuis 1979 sur la liste du patrimoine mondial établie par l’UNESCO, le site archéologique de Carthage est protégé de façon draconienne par une loi de classement national.


Volubilus Maroc

volubilisVolubilis est une ville antique romaine située sur les bords de Oued Khoumane, rivière de la banlieue de Meknès (Maroc), non loin de la ville sainte de Moulay Idriss Zerhoun où repose Idrîs Ier.
Le nom de Volubilis du site serait dû à l’abondance de la plante. Le nom berbère de la ville est Walili, Oualili, ou Walila qui désigne la fleur de liseron. La ville vivait du commerce de l’huile d’olive. On retrouve dans les ruines de nombreux pressoirs à huile. ©wikipedia


Petra jordanie

Cet itinéraire très complet est idéal pour découvrir ou redécouvrir la Jordanie. De Moïse à Lawrence d’Arabie, sur la route des Épices ou la mythique route des Rois, parcourez les richesses historiques d’Amman jusqu’à Aqaba et vivez chaque jour une nouvelle page de l’histoire des civilisations qui se sont succédé au Proche-Orient.


 

Piramide Gisa Egypte

L’Ancien Empire égyptien est une période de l’histoire de l’Égypte antique qui couvre une large partie du iiie millénaire, d’environ 2700 à 2200 av. notre ère. Succédant à la période thinite qui a vu l’apparition de l’État en Égypte, elle comprend les IIIe, IVe, Ve et VIe dynasties, puis s’achève par une période de fragmentation politique, la Ire période intermédiaire.

Dès l’Antiquité, cette période était considérée par les Égyptiens antiques eux-mêmes comme l’âge d’or de leur civilisation. Il s’agit en effet de la plus longue période de stabilité politique que l’Égypte ancienne ait connue, durant laquelle aucune menace extérieure ne venait perturber l’ordre intérieur. La centralisation de l’État amorcée sous les dynasties thinites et la prospérité qui, progressivement, en a découlé, va permettre des développements artistiques et architecturaux considérables, surtout perceptibles dans les sites entourant la capitale de l’époque, Memphis. Ainsi sont posés les grands thèmes de la littérature classique égyptienne, les canons artistiques en matière de peinture et de sculpture, mais aussi le perfectionnement du système administratif qui perdure près de trois millénaires.

Cette période est surtout connue pour être celle qui voit l’apparition et l’apogée des pyramides, dans la région de Memphis : tout d’abord la pyramide à degrés de Saqqarah, sous le règne du roi Djéser, puis plus tard les trois pyramides monumentales du plateau de Gizeh (celles de KhéopsKhéphren et Mykérinos). Elles expriment la puissance des souverains de cette période et la position centrale qu’ils occupaient dans la société, qui est inégalée dans le reste de l’histoire de l’Égypte antique. Elle reflètent aussi le perfectionnement de l’appareil administratif et de sa capacité à mobiliser des ressources matérielles et humaines, ou encore les progrès considérables accomplis dans l’architecture et l’art. Elles reflètent également le rôle central que jouent les croyances et pratiques funéraires dans l’univers mental de cette période.


Louxor ou Louqsor Al Uqsur

est une ville située sur la rive droite du Nil, en Haute-Égypte, située à environ 700 km au sud du Caire et à environ 300 km au nord d’Assouan. Selon le recensement de 20061, c’est à présent une ville de 429 000 habitants2 — qui tous, vivent directement ou indirectement du tourisme —, ce qui la place au neuvième rang des villes égyptiennes.

Il s’agit de l’antique cité égyptienne de Thèbes.

Le site de Louxor, avec plus de quatre millions de visiteurs par an, est l’un des endroits les plus touristiques de l’Égypte et constitue la partie sud de l’ancienne Thèbes. Son temple, relié à celui de Karnak par un dromos, longue allée bordée de sphinx, fut érigé au xive siècle av. J.-C. sous le règne d’Amenhotep III. Il fut modifié par la suite par Ramsès II, qui y ajouta notamment six statues monumentales et deux obélisques, dont l’un, offert à la France en 1831, orne depuis la place de la Concorde à Paris.

 

 

It's only fair to share...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire